vendredi 3 mars 2017

IFR et VFR

IFR : on fixe les cadrans, on tourne des boutons et soudain, au travers de la brume,  la piste apparaît et on se pose sans avoir rien vu des paysages traversés. Je charge mais c'est un peu ça quand même.

VFR : le but est de pouvoir reconnaître son environnement géographique. Mais avec les "décors" génériques, impossible de retrouver la maison de Mamie Gertrude...Ah, misère...


Il faut donc créer des décors "photos" conformes à la réalité survolée. Très facile !


Installation de X-Plane sans aucun décor/scenery par défaut (décocher toutes les cases du menu de projection, essentiellement USA, Europe et Océanie).
Créer les sceneries photos des zones qui vous intéressent avec un logiciel spécifique type Ortho4XP,
Ensuite créer autant de "Custom scenery" que de zones de vols. Car si vous faites un vol Marseille-Bordeaux, il est inutile de surcharger le système (adresses mémoires) avec toutes les datas concernant la zone sud-est asiatique...

Les sites fournissant des zones prêtes à l'emploi sont nombreux (i.e. Zone Photos, SimHeaven etc.,...) mais ces sites utilisant en général des données venant du même fournisseur, la tuile finale peut donc être très différente d'un site à un autre (colorimétrie trop agressive, niveau de zoom mal rendu etc.,...)...

donc, choisissez le logiciel de traitement qui vous convient le mieux (ergonomiquement car il comporte tous les mêmes commandes ou à-peu-près) et faîtes des essais avec des sources de données photos différentes.

C'est long, mais le résultat vous fera vraiment (re)découvrir les plaisirs du vol VFR.


Et, à titre d'exemple...2 screenshots d' un vol en approche de la côte normande (on aperçoit l'aérodrôme de Deauville St Gatien LFRG) avec pour le 1er la tuile par défaut pour le 2ème la tuile Ortho4XP.



PAR DEFAUT :




TUILE Ortho4XP (zoom 17) :



Mais attention à l'inflation, car en valeur(s) moyenne(s) :
Une tuile zoom 17 peut occuper entre 8 et 9 gigas
et une tuile zoom 18,  32 à 35 gigas. Et à haute altitude, la différence n'est pas flagrante.
Conséquences à garder en tête : 
- L'occupation en mémoire de masse (sauvegarde)
- Des temps d'accès et de gestion des datas moins rapides. 
Donc, configuration TRES musclée indispensable !!!
.

vendredi 10 février 2017

X-PLANE 11...Peut mieux faire...

X-Plane 11...pour tous les computers ?

On est loin des 1ères versions qui se satisfaisaient d'un support OS (et graphique) peu gourmand en ressources.

Les budgets se sont envolés, comme les aéronefs...
Une carte graphique haut de gamme peut dépasser les 1000 €, 16 gigas de mémoire tournent entre 150 et 300 €, un bon proc (refroidissement compris) va chercher dans les 500-800 €,...J'arrête là pour ne pas décourager ceux qui découvrent ce hobby !

Car, malheureusement, si l'équipement ne suit pas, on rejoint vite les frustrés de la simulation de vol, éternels insatisfaits allant pleurer dans tous les forums, en espérant y trouver le tweak miracle et sauveur.




X-Plane 11 n'est pas sans défauts. 

Si la partie graphique, autogen etc.,...représente une avancée non contestable par rapport à X-Plane 10, certains éléments pénalisent d'emblée le logiciel :

- un mode carte peu pratique (non pas dans son accès, mais dans son apparence et son utilisation)

- des menus non regroupés (paramètres situés à droite de l'écran...?)

- Une compatibilité erratique avec les poids lourds du hardware grand public (GoFlight, Saitek...) utilisés tels quels.


Et toujours un environnement météo trop sombre par défaut.

Même si la philosophie X-Plane est de rompre totalement avec l'image du logiciel de "jeu", Laminar Research devrait avoir à l'esprit que les simmers n'ont pas toujours les moyens d'investir dans du matériel hyper sophistiqué haut de gamme et que le hardware grand public doit pouvoir fonctionner totalement avec leur application sans passer par des correctifs type "FlyWithLua" ou autre. Ce qui n'est nullement le cas.




mercredi 1 février 2017

Vue d'ensemble

Quelques modifications qui permettent une gestion des COM,NAV,ADF,DME etc.,..plus facile.
Côté matériel, peu à peu, les modules "737" ont trouvé preneurs dans la communauté et ont fini d'encombrer mes armoires. La page est définitivement tournée !







Visuel assuré par une GTX 770 Gainward (jamais eu de problème avec cette marque).
La carte rouge, une 7600 GT, est utilisée pour l'affichage des gauges sur un écran déporté. 
Cet écran peut également  recevoir le signal video depuis un 2ème PC quand j'utilise certains logiciels que je préfère faire tourner en réseau.

(il s'agit là de mon ancienne configuration AMD 4.4,
remplacée fin 2016 par un 6700K socket L1151 et une GTX 1070. 
Gain non négligeable en stabilité système,mais non en affichage pur, puisque je tournais déjà autour de 50/60 FPS quelle que soit l'environnement et la plate-forme aéroportuaire).



Mauritanie Sénégal

Loin des grosse infrastructures aéroportuaires, quelques aérodrômes sympathiques...

Néma ---> Kiffa ---> Tidjikja ---> Nouakchott

(Un gros morceau de désert pour atteindre Nouakchott avant de descendre vers St Louis du Sénégal).

NEMA : Départ en utilisant un des aéronefs par défaut de x-Plane, le très classique B58.



Mais on aurait pu utiliser 2 autres oiseaux très performants pour cette balade, à savoir le fokker 27 ou l'ATR 75-500.





NEMA












KIFFA












TIDJIKJA









C'est parti pour un bon moment de dunes et de désert.



NOUAKCHOTT











jeudi 26 janvier 2017

Modifier et/ou créer des aéroports. Easy...Easy...

X-Plane "livre" ses aéroports nus. Déroutant au début ! Seuls les emplacements et les pistes (incluant taxiways, railwaylights etc.,..) sont modélisés par défaut.

Cette excellente base de travail doit donc être étoffée pour plus de réalisme.L'utilisateur peut investir dans un scenery complet créé par un éditeur spécialisé ou personnaliser lui-même l'emplacement de la plate-forme à l'aide d'utilitaires spécifiques.

Sans oublier la possibilité de modifier un scenery freeware déja existant, créé (sur base réelle ou imaginaire) par un simmer indépendant. Après avoir évidemment obtenu son accord.

2 programmes permettent de créer et/ou de modifier ces environnements aéro-portuaires et d'obtenir des résultats très satisfaisants :

-  Overlay Editor
-  World Editor (WED)
(d'autres programmes existent mais ce sont ces deux freewares qui sont le plus utilisés).
Overlay Editor est très intuitif. WED est moins simple à utiliser mais très puissant, une fois son mode de fonctionnement apprivoisé.

Pas besoin de faire tourner X-Plane pour visualiser le résultat de votre création. Chaque programme autorise tous les points de vue possible pour se rendre immédiatement compte de ce que donne l'ajout d'un objet quel qu'il soit. Des milliers d'objets sont disponibles puisqu' issus des librairies d' X-Plane. Quelques tutoriaux (récupérables sous YouTube) permettent d'aborder rapidement Overlay Editor et surtout WED sans recourir au manuel, du moins pour commencer.


Overlay Editor. Une interface minimum.La copie d'écran montre la représentation d'un aéroport quelconque tel que livré par Laminar Research.



WED. Approche plus complexe.




Ci-dessous un aéroport créé en France avec Overlay Editor. Une petite heure, le plus long ayant été de choisir les éléments à intégrer car la prise en main est quasi immédiate.















vendredi 20 janvier 2017

Yoke ACE

De plus en plus de fabricants (VRInsight, ELITE, PFC etc.,...) proposent, aux utilisateurs voulant s'affranchir du tout plastique, des yokes intermédiaires pouvant s'intégrer à de nombreux types de configurations.

Compatible quels que soient l'OS et le simulateur, avec g
arantie standard 1 an.

Livré sans notice de montage, en 2 colis. Sans câble USB.
4 vis octogonales permettent de fixer le yoke à l'axe sortant du boîtier.Ce boîtier ACE peut en fait accepter n'importe quel type de manche (B58, B200...).




Le clipboard est maintenu en place par des scratch(s) et doit être retiré pour relier le cable (méplat) du yoke à la prise du boîtier.



Dimensions (en cm) :
Boîtier : 27 x 16 x 10 (9,6 kg)

Tout métal.

3 boutons assignables :
AP disengage
TRIM up/down
Push to talk


Conclusion :

Plus :
Solidité, résistance à la manipulation, extrême précision.
Et esthétiquement, un très beau produit.


Moins :
Scratch(s) fixant le clipboard trop petits.
Ne peuvent éviter qu'un mouvement un peu brusque
ne sépare le clipboard de son support.
Peu d'informations constructeur sur le produit (type de potentiomètres utilisés etc.,...).

La conception en fait plus un yoke pour générique
que pour un home cockpit 737 qui, pour être réaliste,
doit être monté sur colonne (prix x 3, au minimum).

dimanche 15 janvier 2017

Plus de prises de tête...

Ou la simulation tranquille !

Des propellers agréables à manier avec un bon visuel et s'appuyant sur un système aéronautique (navigation) bien au point...on retrouve le plaisir du vol virtuel débarrassé de son aspect copie conforme qui privilégie plus le maquettisme que la simulation. Cette remarque n'implique pas, bien sûr, les grosses réalisations dont le coût avoisine plusieurs dizaines de milliers d'€ minimum.

Je re-découvre le plaisir d'un hobby dans sa pratique, bien plus que dans la construction et la mise au point de son support.
Les seuls logiciels que j'utilise de façon régulière sont "Overlay Editor" avec lequel je continue mes créations/modifications d'aérodrômes au hasard de mes balades virtuelles et "Ortho4XP" pour le rendu visuel (et plus réel) des zones et paysages survolés.